Vincent BACHET et Amaury LEVEAUX témoignent de leur reconversion dans le monde de l’entreprise!

Essayons de définir ensemble quelques facteurs clés de succès pour faciliter la reconversion des sportifs en entreprises.

Les sportifs ont leur place et d’ailleurs les belles expériences existent. Mais ce joli panorama est aussi entâché par des expérience moins heureuses, des sportifs qui plongent dans le vide, sans repères et ont du mal, carrière sportive terminée, à refaire surface…

A une époque où les Chercheurs en Sciences Humaines, les Dirigeants d’entreprises, les DRH, les Cabinets Conseil s’accordent à dire que les compétences humaines ou soft skills sont déterminantes dans les décisions de recrutements, à une époque où les entreprises sont dictées par des logiques de performance, de défis, d’indicateurs, de démarches Lean et amélioration continue…. Qui de mieux armé que les sportifs pour prendre une place de premier choix dans les organisations ?

Laurent AIMON, Co-fondateur et Dirigeant d’ADVISIA RH, associé chez We Change Up, est allé au contacts de sportifs, leurs témoignages de reconversion sont intéressants.

A la rencontre de Vincent BACHET, ancien Joueur de Hockey sur Glace, membre pilier de l’Equipe de France de Hockey, aujourd’hui Directeur des Opérations chez EASYMETHA, une start up en explosion dans le domaine de l’Energie Verte.

« Une de mes forces dans ma carrière  a été de toujours préparer en parallèle ma reconversion par les études et au contact de l’entreprise. Tout en étant joueur de Hockey sur glace, j’étais sur un double régime et d’ailleurs j’avais un double contrat. J’étais focus sur mes performances sportives, mes entrainements, mes préparations, mes stages en Equipe de France mais en parallèle j’avais un emploi à temps partiel au sein d’une grande banque… j’ai toujours travaillé. Aussi, j’avais déjà un diplôme en poche et ma retraite sportive approchant j’ai pu reprendre des études et finaliser un cursus en École de Commerce. Quand j’ai raccroché les patins, j’ai mené une démarche de bilan de compétences, j’ai rechallengé et redistribué les cartes puis j’ai saisi une opportunité de devenir commercial / Agent. Il y a eu une période délicate de transition psychologique, naturellement, de vide où du jour au lendemain il y a un manque qui s’installe mais j’ai pu y faire face je pense car j’avais déjà un petit pied dans l’entreprise. Après quelques années, en développant mon réseau en B to B et en capitalisant sur mon patrimoine, j’ai saisi l’opportunité d’investir dans une start up, une aventure humaine s’est offerte à moi et j’ai pu rentrer dans un projet ambitieux qui répond à mes attentes ».

« Finalement avec recul la trajectoire s’est faite assez naturellement mais si j’avais des conseils de sage à donner à des sportifs ils se résumeraient ainsi : anticipez, réseautez, n’attendez pas la fin de votre carrière sportive pour vous mettre en mouvement, allez le plus vite possible au contact des entreprises, menez des entretiens réseau, découvrez les métiers qui existent, expérimentez par des immersions dans l’entreprise dans différents secteurs d’activités en tant qu’observateur, projetez-vous ».

Intéressant de constater que la reconversion se prépare et que le fait d’avoir un premier pied dans l’entreprise avant sa retraite sportive est le meilleur moyen de capter les codes, de s’acculturer, de prendre ses marques pour finalement faciliter la transition.

Si les sportifs ont les principales compétences transversales attendues par les entreprises encore faut il qu’ils parlent le même langage et aient des repères culturels pour y aller.

Il était également intéressant d’aller au contact de sportif en exercice et quoi de mieux que d’interviewer un athlète en pleine préparation des Jeux Olympiques, c’est Amaury LEVEAUX qui nous a accordé ce privilège.

Nageur au palmarès explosif, à la personnalité hors du commun, recordman du monde du 50 m nl, en quête d’une nouvelle médaille à Tokyo a fait une entorse de quelques minutes à sa préparation intense pour nous raconter comment il a vécu sa petite retraite avant de reprendre les bassins en début d’année et comment il anticipe la suite…

« J’ai commencé la natation par hasard, à 14 ans, j’ai stoppé ma carrière en 2013 par lassitude de mon milieu, impossible de faire évoluer les choses, mes propositions n’étaient pas jugés matures. J’ai donc décidé de mettre mon côté entrepreneur en action. Grâce à mes résultats sportifs, j’ai pu me tisser un bon réseau, varié, puissant avec des capitaines d’industries français et étrangers. J’ai alors monté une boîte d’évènementiel avec un ami, une autre dans le conseil et plein d’autres choses dont il n’est pas utile d’être nommé par écrit, mes activités sont diverses, cela me permets de toucher à plein de choses et de ne pas être dans routine »

« Le sport m’a donné le goût du travail mais surtout le goût de la polyvalence. Lors de championnats de France il m’arrivait de faire jusqu’à 13 courses sur 7 jours, en étant organisé et méticuleux sur les détails ça se passait toujours bien. Côté entreprise c’est la même chose selon moi ! Il paraît que c’est compliqué d’avoir plusieurs dossiers à traiter en même temps car on ne peut pas être à 100 % dessus, mais avec une bonne organisation, minutée, je reste persuadé que c’est possible, constructif et plus enrichissant même. De 2013 à 2018, j’ai donc mené une vie d’entrepreneur en appui sur mes compétences comportementales, sur ce que le sport m’a apporté. Cette vie riche et intense d’entrepreneur m’a énormément appris pour ma vie d’aujourd’hui. J’ai repris la natation, j’ai beaucoup évolué, et je me sens, pour la première fois, mature et prêt pour n’importe quel défi. J’ai connu le plus haut dans le sport, je devrais peut être le redécouvrir à Tokyo aux JO de 2020, mais j’ai surtout connu le monde de l’entreprise, le corporate de l’intérieur, ce qui donne des armes, de la force. En revenant dans le sport, je me dis que le sportif est privilégié, en situation précaire mais privilégié ».

Ce récit d’Amaury LEVEAUX offre une lecture doublement intéressante sur les passerelles entreprise / sport et les allers et retours bénéfiques entre ces deux mondes.

Un témoignage de bascule réussie entre sport de haut niveau et entrepreneuriat. Intéressant de constater que les qualités des sportifs peuvent aussi s’exprimer dans l’entrepreneuriat avec du plaisir retrouvé 😊.

Quelques règles d’or à retenir 

  • ANTICIPER : ne pas attendre son dernier contrat, prendre les devants, s’accorder des temps durant sa carrière pour juste penser à l’après.
  • RESEAUTER : profiter de sa position de sportif pour être au contact de l’entreprise.
  • REFLECHIR, CONSTRUIRE & SECURISER : un projet de reconversion se prépare, se teste avant de concrétiser : démarches de bilans de compétences pour savoir qui on est, ce qui existe, sur quoi on pourrait avoir le plus de valeur ajoutée puis rencontrer des professionnels via son réseau ou via des solutions existantes comme We Change Up 😊.

Rien n’est simple mais avec une approche méthodique, des bons choix, une démarche progressive, la reconversion peut être facilitée et permettre au plus grand nombre de sportifs de jouer demain un rôle prépondérant dans les entreprises.

Les sportifs ont en eux beaucoup de compétences humaines attendues pour réussir leur reconversion !

Le sens du dépassement, l’habitude de l’effort, l’envie de gagner, la culture du détail, l’engagement, l’entraide, le côté moteur… tout pour jouer un rôle clé dans le management, l’accompagnement du changement, la transformation des organisations, les démarches lean manufacturing, les RH, etc…. autant de fonctions qui tendent les bras aux sportifs

Ces différents témoignages nous offrent plusieurs angles de réflexion et se rejoignent autour du fait que les sportifs ont une magnifique place à prendre en entreprise, le tout étant de bien préparer le virage, d’anticiper l’évènement, de prendre le temps de l’analyse puis de la confrontation…

Sportifs en activité, en pleine reconversion ou reconvertis, vous souhaitez témoigner ou parrainer l’aventure We Change Up ?

RDV sur www.wechangeup.fr ou contact@wechangeup.fr