Comment se reconvertir dans les métiers du numérique ? Le parcours de Marion Ambassadrice We Change Up.

Un très fort besoin d’évoluer, d’être plus autonome et de tester l’activité en freelance.

Pendant 10 ans, j’étais assistante achats dans différentes organisations, essentiellement en VPC, distribution et industrie. Très vite, j’ai voulu évoluer professionnellement. Malgré mon expérience en achats, il ne m’était pas possible d’accéder aux postes que je visais. Diplômée d’un bac+2, il me manquait un bac+5. Etudiante, je n’avais pas envie de poursuivre de longues études ! Après mon DUT Techniques de Commercialisation, je pars une année à l’étranger. A mon retour, je décide de bosser tout de suite. La majorité de mes camarades de promo complète leur formation par une formation de type bac + 5 en Ecole de Commerce. 15 ans après, je reprends mes études en formation continue pour réaliser mon projet professionnel. Je m’inscris en École de Commerce pour suivre un master en management. Ma formation de 2 ans est financée en partie  par le FONGECIF. J’allie vie professionnelle, vie de famille et études. 

Mon objectif initial est d’évoluer vers un poste de Responsable d’achats, métier que je connaissais déjà. Reprendre des études,  c’est aussi une formidable opportunité de s’ouvrir l’esprit, de prendre conscience de nos potentialités et capacités, de découvrir des personnes venant d’horizons différents.Cela m’a offert une ouverture vers des métiers que je ne connaissais pas ! Accompagnée par un coach professionnel durant ces deux années de formation, j’ai pu mieux identifier ce que je voulais et ce que je ne voulais plus. Progressivement, mon projet professionnel a muri et a pris un tournant radical. J’avais besoin d’un nouveau souffle, de changement, de challenge, d’autonomie et de responsabilités. 

En quoi consiste votre métier de Consultante AMOA (assistance à la maîtrise d’ouvrage) ?

Je me suis orientée vers les métiers de l’IT par hasard, au fil des rencontres. Désireuse de travailler en freelance, une amie m’a mis en contact avec un apporteur d’affaires qui m’a présenté différentes missions dont une mission de Consultante AMOA pour une entreprise de la grande distribution. 

Le Directeur de projet informatique démarrait un nouveau projet, une solution de référencement produits dédiée aux assistantes et à déployer dans 6 Business Unit en France, Russie, Pologne, Italie, Portugal et Espagne. Il m’a engagée comme consultante d’ Assistance à la Maîtrise d’Ouvrage. Il m’a fait confiance et m’a laissé ma chance. Je n’avais aucune expérience dans la conduite de projet IT, aucune connaissance en systèmes d’information !

En revanche, j’avais l’expérience et la connaissance des métiers des futurs utilisateurs de la solution. J’ai été assistante achats pendant 10 ans ! Expérience très utile pour faire l’interface entre les utilisateurs etl’IT, retranscrire les besoins fonctionnels des utilisateurs en langage informatique. J’étais capable de me mettre à la place des utilisateurs, de comprendre leurs besoins, leurs contraintes, leurs problématiques et de créer des espaces de dialogue pour faire remonter les besoins vers les équipes techniques.  Durant ma formation en management, j’avais suivi des enseignements généraux en conduite de projet.

Comment avez-vous réussi cette reconversion ? « En m’appuyant sur des compétences transverses… »

Une précision importante, pour être AMOA il n’est pas nécessaire d’avoir des connaissances techniques en développement informatique. En revanche, il faut avoir un très bon relationnel, des qualités d’écoute. Il faut également avoir de bonnes capacités  de formalisation pour bien cerner les besoins « métier » et faire en sorte qu’une application ou un logiciel aident l’utilisateur dans son quotidien tout en répondant aux enjeux stratégiques de l’entreprise. 

Et j’ajouterais qu’il faut être persévérante, capable de s’adapter à de nouvelles organisations, à une nouvelle culture métier et à un environnement international. Enfin, il faut aussi avoir une bonne résistance au stress et être pédagogue pour avancer 😊.

Un point très important, à mon arrivée sur le projet le parcours d’intégration était organisé, balisé. J’ai été accueillie dans une équipe très ouverte et bienveillante, consciente de mes compétences métiers et de la montée en compétences à prévoir. Une équipe avec une culture de l’accueil de profils atypiques ! J’ai été accompagnée pendant 1 an, conseillée et parfois « poussée dans mes retranchements » ce qui a été extrêmement formateur. Et le groupe était dans cette dynamique de faire confiance, c’est l’état d’esprit de l’entreprise. Progressivement je suis montée en compétences, j’ai gagné en autonomie et en assurance au fur et à mesure des projets que l’on me confiait. 

Ce n’est pas un long fleuve tranquille mais je le referais…!

Aujourd’hui, je suis très heureuse de mon choix. Je me spécialise dans la conduite de projet IT en privilégiant le côté métier. Je ne souhaite pas basculer totalement vers les métiers techniques. Il est important pour moi de garder cette proximité avec le métier, c’est de là d’où je viens ! Je suis reboostée professionnellement. Je n’aurais jamais imaginé travailler dans ce secteur. Biensûr, apprendre un nouveau métier demande énormément d’énergie car on part de zéro. Les efforts sont décuplés. Il faut gagner la confiance de ses collègues, gagner en crédibilité et ne pas se laisser abattre par les petites piques que l’on peut recevoir. C’est aussi beaucoup de remise en questions, des moments de doutes et d’incertitudes. Le sentiment qu’on y arrivera jamais. Oser dire qu’on ne comprend pas, poser 1001 questions. Le processus de reconversion n’est pas évident ! Mais tellement riche ! J’ai appris beaucoup sur le plan personnel, découvert des ressources insoupçonnées. J’ai muri, pris du recul et prends beaucoup de plaisir dans cette nouvelle activité.

Marion nous livre ses clés pour réussir :

  • Ne pas avoir peur de sortir de sa zone de confort.
  • Garder confiance en soi : tout est possible.
  • Etre bien entourée, accompagnée.
  • Ne pas hésiter à reprendre des études et mobiliser les outils  pour les financer (le CPF de Transition professionnelle notamment). 
  • S’organiser des temps de feed-back : aller à la rencontre de professionnels pour partager leur expérience, demander des feed-back régulièrement à ses employeurs.
  • Développer des démarches réseaux pour s’offrir une nouvelle visibilité professionnelle. 
  • S’informer sur son nouveau secteur d’activité : actualités/innovations (via la presse spécialisée, les salons par exemple)

Merci Marion pour ce partage authentique de votre parcours de reconversion alliant introspection et formation pour réussir. 💫✨🌈