Changer de métier à 50 ans : Le parcours de Monique, Naturopathe, Ambassadrice We Change Up

Une première partie de carrière dans le secteur associatif consacréà prendre soin des femmes.

Durant 27 ans, j’étais cadre administratif et RH dans une association de lutte contre les violences faites aux femmes. J’ai démarré comme hôtesse d’accueil pour évoluer grâce à une Direction qui me faisait confiance et m’a permis de me former. A l’occasion d’un changement de Direction, j’ai senti que je ne progresserai plus et qu’il fallait que je me renouvelle.

A l’époque, je fais énormément de sport. J’envisage de devenir éducatrice sportive mais mon entourage ne m’a pas suivi. J’ai renoncé ! Mon travail était devenu une routine. Pour palier le manque d’intérêt, je décide de m’investir dans des projets plus personnels. Cela dure un peu plus de 4 ans. Ce n’est pas une période facile. 

Puis, une nouvelle Directrice Générale est recrutée.  Elle développe un management qui ne me convient pas avec sur contrôle et sans confiance.  Le contexte de l’association était de plus en plus tendu, marqué par des restrictions budgétaires, par la pression des réponses à appel à projets toujours plus nombreux. Bref, le travail avait changé. il était temps de faire autre chose. A 52 ans, je devais le faire. 

Une reprise d’études à 50 ans : l’âge nest pas une limite.

J’étais attirée par le domaine du bien être. J’avais l’expérience du secteur social, des relations avec les gens et prendre soin des autres faisait partie de moi. J’ai donc axé ma recherche sur les métiers d’aide, du bien être, de la santé, de l’accompagnement. J’ai identifié un métier qui m’intéressait : naturopathe. J’ai sélectionné l’une des écoles reconnue à Paris. Et, j’ai fait une demande de CIF. J’ai eu beaucoup de chance. Mes 2 premières demandes ont étérejetées et la 3ème demande a été acceptée ! 

Etre capable de reprendre des études, c’était un défi pour moi. J’ai arrêté mes études en 1ère année d’IUT. J’ai obtenu mon diplôme de Naturopathe en sortant de ma zone de confort. J’ai beaucoup appris sur moi ! Jamais je n’aurais imaginé travailler avec des professionnels de santé.  Aujourd’hui, je comprends comment je fonctionne. La naturopathie est aussi un art de vivre.

Et je veux surtout dire que l’âge n’est pas une limite. A 50 ans, je pensais ne plus être capable de reprendre des études  Il faut absolument croire en ses capacités ! Quand on a des envies, on peut aller au bout. Il ne faut pas se mettre de limites. Pour les grandes décisions, il faut les prendre seule, s’écouter. Ma réussite est une fierté et m’a boosté !

Durant mes stages en fin de cursus, j’ai même étais surprise de ma notation .Je me disais «  ils ont du se tromper ! »Et j’ai compris que j’étais à le bonne place et que je ne pourrais pas mettre la naturopathie de côté en retournant travailler à temps plein, qu’il fallait que je fasse des choix et notamment renoncer au salariat. J’ai donc décidé de négocier une rupture conventionnelle cela m’a aidé à concrétiser mon projet.

Le sport ma beaucoup aidé : endurance, persévérance, résiliencene rien lâcher.

Je suis donc partie en formation durant 18 mois alternant 3 jours de formation à Paris et 2 jours en poste.  Durant cette formation, j’étais avec des professionnels de santé : médecin, pharmacien, sage-femme… Au début, j’ai penséque je n’allais pas réussir. Je n’avais pas leur niveau de connaissance. En fait, on se met des barrières ! Je devais réussir, l’échec était inenvisageable pour moi. Le sport m’a beaucoup aidé. Les entraînements à pied, à vélo, au marathon. Sans le sport, je n’aurais pas surmonté autant d’obstacles. Ce parcours de changement demande beaucoupd’endurance physique et mentale, de persévérance. Les entraînements m’ont permis d’être plus solide, de ne rienlâcher.

J’ai démarré en ouvrant un cabinet chez moi et en testant mon activité en couveuse d’entreprises. Et en même temps, j’ai ouvert un 2ème cabinet à proximité d’un cabinet médical avec une équipe d’osthéopathe, de psychologue, de sophrologue. J’avais alors plein de doutes, de questionnements. Au début,  il faut du temps pour se faire connaître.  J’ai même envisagé de reprendre une activité salariée à temps partiel. J’ai beaucoup investi dans la communication : site internet, presse, participation à des salons professionnels, rencontres réseaux… J’ai organisé des temps de découverte de la naturopathie dans les salles de sport ! Et par le bouche à oreille, j’ai commencé à développer ma clientèle. Tous ces contacts m’ont aussi permis de rencontrer ma future associée. Je diversifie aussi mon activité, j’anime de ateliers bien être dans des centre d’animation pour tous (Maison pour Tous). Etant installée à proximité de la Baie de Somme, je développe des prestations bien être pour les clients des gîtes, hôtels. Je suis sortie de ma zone de confort. J’ai beaucoup de retours positifs, je n’imaginais pas.

Une reconversion réussie en cultivant mes compétences humaines et ma détermination.🌟😊

  • Mon goût pour les relations humaines
  • Le goût du contact avec des publics  en difficultés,
  • L’écoute et la compréhension des besoins de l’autre,
  • L’empathie,
  • La capacité à s’organiser

Dans mon métier, j’avais évolué en contact avec le public en difficultés. Mon bureau était toujours ouvert pour les collègues. Dans ma nouvelle activité, je suis tenue au secret professionnel. Mais j’avais déjà une expérience de cette posture depuis de nombreuses années.

Croire en soi et s’engager pleinement !🙌✨

Malgré les difficultés, il faut croire en son projet. Il faut prendre le temps  de se préparer, de mûrir son projet. Et surtout, il faut être rigoureux avec soi même et s’engager pleinement.

  • S’écouter, se faire confiance,
  • Travailler,
  • Parler de son projet autour de soi, se créer des opportunités,
  • Communiquer, ne pas avoir peur des choix qu’on a fait,
  • Ne pas hésiter à reprendre des études,
  • Enrichir sa pratique, découvrir de nouveaux outils,
  • Développer son réseau de prescripteurs et de partenaires potentiels,
  • Dépasser ses a priori : toutes les portes peuvent s’ouvrir,
  • Parler de son nouveau métier : la naturopathie est encore mal connue du grand public,
  • Développer des activités complémentaires.

Merci Monique pour ce témoignage authentique !👐

Pour en savoir plus : http://praticienne-naturopathe.com/naturopathie-medecine-naturelle.html