Après une carrière dans le marketing, Corinne se reconvertit guidée par sa passion pour la cuisine !

Votre évolution personnelle, une envie d’être en harmonie avec vos valeurs vous conduit à changer de métier ? 

Après des études de commerce et marketing, je réalise une grande partie de ma carrière dans les fonctions de vente et marketing (commerciale, chef de produit, Responsable commerciale régionale, Directrice nationale ventes et marketing) principalement dans l’industrie de l’implantologie médicale. Je rentre dans ce secteur par hasard à l’occasion d’un entretien de recrutement et je ne l’ai pas quitté ! C’était passionnant. Mais au fil du temps,  mes aspirations évoluent et le contexte du travail évolue jusqu’à avoir le sentiment de faire le grand écart. Je ne me sens plus en adéquation avec mes valeurs. Et plus j’évolue dans la hiérarchie, plus je passe de temps en réunion, en reporting. Le concret me manque : la proximité avec les clients, avec les équipes. 

Et je suis approchée par une entreprise concurrente pour un nouveau challenge. J’y suis allée attirée par la nouveauté. Mais très vite, je comprends que ce changement ne me suffit pas. J’ai envie d’autre chose. Finalement, l’aventure s’est arrêtée très vite.  Une opportunité ! Je ressens un profond soulagement physique. Je n’ai d’ailleurs jamais ressenti une telle sensation. A ce moment là, je n’ai pas pour projet de me reconvertir. A peine arrêtée, j’ai des propositions d’emplois mais je sens que j’ai besoin de m’accorder du temps. C’est pendant cette pause de quelques mois que se dessine et se décide ma reconversion. Assez vite apparaît l’évidence d’une envie et d’un besoin de changement. La question est : Quelle activité me nourrira intellectuellement et financièrement ?

Une reconversion guidée par votre passion de la cuisine…et la création de FAITOUT LOCAL !

La cuisine est une passion depuis longtemps. Je n’ai jamais envisagé en faire mon métier. Néanmoins germe l’idée  de proposer ce que j’aurais aimé trouver en banlieue parisienne quand je rentrais très tard du travail, une offre de plats cuisinés avec des produits locaux bio. J’identifie l’emplacement idéal : l’une des gares les plus importantes d’Ile de France mais le projet capote en dépit du soutien de la SNCF. Je ne me décourage pas ! Je continue à avancer dans mon projet. Je trouve finalement un local, un ancien commerce désaffecté,  à côté de chez moi mis à disposition pour la mairie soucieuse de recréer les commerces de proximité. J’aménage le local, créé une grande cuisine aux normes avec une mini boutique. Aujourd’hui, mon activité  se partage en 2 pôles dédiés aux particuliers et aux entreprises, e-restaurant (vente à emporter & livraison) et traiteur événementiel. 

Entre temps, mon conjoint a subi un licenciement économique ! Il occupait des fonctions commerciales dans l’alimentaire. Ces clients étaient des restaurateurs. Il rêvait depuis longtemps d’être chef d’entreprise. Mon projet était difficilement réalisable seule. A deux, nous décidons de nous lancer. Quand on crée une entreprise, il faut être un véritable couteau suisse. Grosso modo, je gère la cuisine et mon conjoint tout ce qui se passe hors de la cuisine.

Nous ouvrons FAITOUT LOCAL, il y a plus de 3 ans. Le projet initial : développer la vente à emporter de plats cuisinés maison avec des produits locaux bio en pour une clientèle « entreprises »  le midi et pour les particuliers le soir. Et progressivement, nous sommes sollicités pour des événements. Et nous développons une activité de traiteur événementiel (entreprises et particuliers le week-end). 

Aujourd’hui, cette activité représente 95% de notre chiffre d’affaires. Le confinement a donné un coup d’arrêt à notre activité traiteur événementiel. On a bifurqué tout de suite en livraison chez les particuliers et organisé un point relais de nos fournisseurs (maraîchers locaux). Nous avons découvert le métier d’épicier….Cette expérience reste positive. Elle nous a permis de nous faire connaître auprès de nouveaux clients. 

Quels sont, selon vous, les facteurs de réussite ?

 La maturité et mon expérience professionnelle : j’ai une première expérience de la création d’activité. Au cours de ma carrière, j’ai lancé des nouveaux produits, créer des départements dans différentes entreprises. Je n’idéalisais pas le lancement d’une entreprise. J’avais conscience du temps qu’il fallait pour le faire. J’ai acquis une vision marketing et commerciale ! Même si je n’ai pas le temps de m’y investir comme je le souhaiterais. C’est une expérience précieuse. Pour les compétences techniques, je me forme en continu en pratiquant…J’ai d’ailleurs obtenu avec FAITOUT LOCAL une reconnaissance par le Gault&Millau.

Et c’est une aventure de couple. Pour moi c’est l’une des clés de la réussite. C’est un tel travail, engagement, c’est difficilement réalisable seule !  

Des regrets d’avoir changé ? Quels sont les enjeux d’un tel changement ?

Je suis très contente de l’avoir fait à 50 ans. Nous avons inauguré FAITOUT LOCAL le jour de mes 50 ans. C’était mon cadeau d’anniversaire. C’est l’expérience d’une vie qui m’a permis de lancer FAITOUT LOCAL !

Quand on se lance, il faut avoir conscience que le développement de l’activité prend du temps. Les enjeux sont financiers, il faut avoir anticipé et se préparer à une diminution des revenus au démarrage. D’ailleurs, je regrette qu’aucun interlocuteur lors de la création d’entreprise n’alerte sur ce point. Nous avions une certaine sécurité qui nous permettait d’être plus sereins dans le développement de l’activité.

Il faut aussi savoir construire et défendre son business plan pour convaincre des partenaires financiers. Nous avons eu la chance d’être soutenu par  France Active, Initiactive95, par les banques. 

Quels conseils vous donnez aux personnes qui envisagent de se lancer dans la création d’entreprise ?

  • Croire en son projet et croire en soi 🌟🌈
  • Etre flexible : entre ce que l’on imagine et la réalité, il y a souvent un gap énorme. Il faut savoir saisir les opportunités et prendre son temps pour faire évoluer le projet, le produit.
  • La ténacité : un mental fort, ne pas perdre de vue ses objectifs, être bien accompagnée et entourée
  • Etre courageux et super bosseur. Créer sa société, c’est aussi accepter de faire certains sacrifices comme tirer parfois un trait sur une certaine vie sociale, penser 24/24 à son travail, etc… 💪💦

Pour découvrir le concept FAITOUT LOCAL rdv : https://www.faitoutlocal.fr

Merci Corinne CASSONNET pour ce précieux témoignage.